Un restaurant authentique et responsable en Corse du Sud

chèvres 01

Une cuisine identitaire et durable !

Du goût. Des couleurs. Des parfums également. Et des saveurs. Des saveurs méditerranéennes auxquelles se mêlent parfois celles de contrées lointaines. Oui, la cuisine d’U Capu Biancu fleure bon l’huile d’olive de Corse, l’arbabarone et la nepita. Elle s’invente au gré des saisons et de la nature, s’improvise au rythme de notre potager, de nos poules et… de l’humeur du chef Gadio. Spontanée, authentique et durable, elle éveille les papilles à force d’herbes aromatiques, de viandes tendres et de poissons frais, de fruits et légumes juteux, de vins charnus. Exit les menus complexes et les cartes figées ! La cuisine d’U Capu Biancu est comme la Corse, elle vit ! Chaque jour, de nouveaux mets déclinés en trois entrées, trois plats et trois desserts s’ajoutent aux incontournables Black soup et consorts. Et osons l’écrire : elle est fidèle ! Aux éleveurs et agriculteurs insulaires qu’elle sait raisonnés et labellisés. Elle est engagée. Comme nous. Avec elle, ni excès, ni gâchis mais distraction gustative, respect des ressources, préservation de l’environnement et équilibre salutaire. Et bien sûr, elle se déguste dans une ambiance conviviale, presque familiale.

Maître Restaurateur 
Chefs U Capu Biancu 02

Portraits des chefs

Gadio El Hadji, une cuisine « black, blanc, cœur » 

La cuisine de Gadio ? C’est un pays ! Ni plus ni moins ! Un pays qui n’est ni le Sénégal dont le chef est originaire, ni la France où il s’est perfectionné. Ni même la Corse d’ailleurs, qu’il habite pourtant depuis plus de vingt ans. Non, elle est un pays inconnu. Le fruit d’un métissage de saveurs universelles. Elle est… le monde !

L’homme ne suit qu’une seule et même recette, celle de l’instinct et du cœur. Elle lui dicte les alliances et les proportions. Elle l’amène à essayer, innover, créer. Bien sûr, cette recette s’appuie sur l’expérience. Celle d’un enfant d’abord, qui « traînait » volontiers dans les boubous de sa mère lorsque celle-ci s’affairait en cuisine. Celle d’un étudiant ensuite, formé à Dakar puis à Paris. Celle d’un commis, occupé à apprendre de ses pairs comme on apprend de son père. Absorbé par le moindre de leurs gestes, la moindre expérimentation. Et enfin celle d’un chef qui s’est révélé au sein de notre hôtel 4 étoiles à Bonifacio.
Pourtant, il y a dix-neuf ans, il a fallu en trouver des  arguments pour le convaincre de reprendre les rênes de notre restaurant gastronomique et d’enfiler la toque ! « J’étais trop jeune, confie-t-il. Trop jeune pour abandonner la fête, les sorties et les copains. Trop jeune pour endosser pareilles responsabilités, même si je savais diriger une brigade et gérer une cuisine ! » Et puis la chose s’est faite. Naturellement. Et aujourd’hui nos fourneaux fleurent bon les épices et les aromates. Exhalent les parfums exotiques et les saveurs exceptionnelles. Accouchent de mets précieux et raffinés qui tous, qu’on en jouisse au restaurant ou à la paillote, portent l’empreinte identitaire de Gadio El Hadji.

Les pâtisseries de Marianne 

« Tu sais, petite, la pâtisserie et l'amour, c'est pareil - une question de fraîcheur et que tous les ingrédients, même les plus amers, tournent au délice. »* Voilà qui aurait pu  inspirer Marianne, notre cheffe pâtissière. Car ses pâtisseries sont…

Elles sont comme un nuage. Un nuage rond et sucré qui vient embellir un ciel parfaitement bleu. En dessine le relief et accentue les nuances azurées. Elles sont les confitures de l’enfance, bien meilleures encore lorsqu’on les déguste avec les doigts. Elles sont le parfum rassurant de la tendresse, la douceur fruitée et exotique de la mangue et de l’ananas confits dans le caramel. Elles sont le craquant d’un crumble, la légèreté et l’onctuosité d’une mousse à la crème de châtaigne d’Aullène. Elles sont aussi l’audace. Celle d’une jeune femme qui n’a rien lâché de son ambition, et ce malgré les difficultés rencontrées au cours de son apprentissage. « Avant les années 2000, rares étaient les filles qui évoluaient dans le monde de la cuisine, raconte-t-elle. Il était donc difficile de se faire une place. » Tant pis ! Ou finalement… tant mieux ! Car la foi a primé sur tout le reste. Et la foi en l’évidence et la rigueur de la pâtisserie, Marianne l’a rencontrée au cours de ses études culinaires, en découvrant  qu’à partir des ingrédients les plus simples, il était possible de créer « quelque chose de fou ». Faisant alors fi des expériences « compliquées », la jeune femme a voyagé d’hôtels de luxe en restaurants gastronomiques avant de rejoindre, enfin, notre hôtel 4 étoiles en bord de mer. C’était en 2008. Depuis, Marianne invente. Déstructure. Façonne. S’inspire des saveurs locales. Suit le rythme des saisons. Et vous régale. Ou plutôt… nous régale !

* Christian Bobin

Frappes corses 01

Le bonheur commence au petit-déjeuner

Instant privilégié, le petit-déjeuner prolonge en douceur l’évanescence de la nuit. En estompe peu à peu les frimas en rassasiant les appétits avec des spécialités méditerranéennes. La plupart sont faites maison. Cuisinées sur place à partir d’ingrédients frais. Pains, brioches au beurre, cakes salés ou sucrés, salades de fruits, compotes, omelettes, yaourts et miel du domaine s’allient ainsi à une production insulaire composée de confitures, de charcuteries ou encore de fromages.

  • Buffet sucré : yaourts, cakes et pains, confitures et miels, jus fraichement pressés, etc.
  • Buffet salé : charcuterie et fromages, œufs frais préparés minute et jus « détox », etc.

Chaque jour, les palais s’éveillent tandis que les regards se posent sur la mer. L’esprit, lui, vagabonde à travers le monde. Erre au gré du buffet qui se la joue tour à tour breton, marocain, corse, sénégalais, provençal ou so british. Un carrousel de crêpes, pancakes, galettes, flans à la châtaigne. De frappes, canistrelli, bonbons au manioc, muffins et navettes. Un carrousel de saveurs et de régionalismes.

dessert 02

Déjeuner authentique

Une saison, une carte. Un adage ? Non, plutôt une philosophie à laquelle nous sommes viscéralement attachés. Une éthique révélatrice de fraîcheur et d’authenticité. Salades bigarrées, pasta al dente, tartare de poisson, omelette au brocciu préparée avec les œufs de nos poules, charcuterie issue du Haut-Taravo, etc. Tout ici respire l’île. Prend le parfum de l’île. Et vous en livre les arômes.

Le restaurant ouvre au déjeuner de fin avril à mi Octobre (hors periode d'ouverture de la paillote de mi juin à mi septembre)

Diner expressif 01

Une carte éphémère pour un dîner expressif

Les dîners d’U Capu Biancu ont l’accent de la vérité, de la simplicité. Ils sont frais, ensoleillés. Autant soucieux des papilles que des ressources de la Corse. Pour cela, et parce que la cuisine d’U Capu Biancu est sincère, nous avons opté pour une carte éphémère.  Un défi pour Gadio et Marianne qui jouent avec les saveurs insulaires et… leurs propres envies ! Créatif et engagé, le duo assemble les bouquets un jour, les dissocie le lendemain. Les parfume au gré des cueillettes et des arrivages quotidiens. Ici, face à la mer, dans ce restaurant de Corse du Sud, on goûte la Corse. On la déguste. Pleinement, intensément. 

Les réservations se font avant midi.

Consultez nos cartes ici   
voyage culinaire 02

Apérosé décontracté

 

 « L’apérosé » ? Ne cherchez pas ! Ce mot, nous l’avons inventé. Les recettes salées et sucrées qui le composent également. Présentées sur une ardoise et accompagnées d’un vin rosé, elles vous promettent une incursion gourmande au pays de Corse. Vous emmènent en toute décontraction sur la plage, au bord de la piscine, au bout du ponton, sous la tonnelle ou même au cœur du maquis pour un voyage exclusif. Un voyage dont la dernière note se joue au bar de l’hôtel, à la faveur d’un digestif revigorant.

Vivez l'expérience  « Apérosé » en image en cliquant sur la vidéo